Qui va remporter le Tour de France 2020 ?

Normalement le 29 Août 2020 nous aurions su depuis déjà 1 mois et 10 jours le nom du vainqueur du Tour de France 2020. Bernal aurait-il fait le doublé ? Roglic aurait-il assumé son statut ? Pinot aurait-il enfin vaincu le signe indien ? Ou un autre coureur aurait-il crée la surprise ? Une année normale nous aurions su. Mais cette année 2020 n’est pas une année normale. Le bouleversement du calendrier cycliste a forcé le Tour de France à décaler ses dates. Le 29 Août 2020 marque donc le début 107ème édition. Dans 3 semaines la fête sera finie. Et nous connaîtrons le vainqueur final. Roglic, Pinot, Bernal, Dumoulin, Quintana…La liste des prétendants est longue. Mais il n’y aura qu’un seul élu. Qui montera le 20 Septembre sur la plus haute marche du podium sur les Champs-Elysées.

Les favoris :

Egan Bernal :

Eh regardez le mec à côté de moi il fait même pas le Tour. Ah ah trop drôle !

La meilleure nouvelle de l’année pour le Colombien est survenue avec l’annonce la non-présence dans la liste pour le Tour de France de Chris Froome et de Geraint Thomas. Un véritable soulagement pour Egan Bernal qui pourra compter sur un équipe qui lui sera entièrement dédiée et ne manquant pas de qualité. C’est bien là la force d’INEOS : même en écartant un quadruple vainqueur du Tour de France et le vainqueur du Tour 2018, la formation britannique pourra compter sur des très bons grimpeurs comme Sivakov, Amador ou Carapaz et des bêtes à rouler comme Kwiatkowski, Van Baarle, Rowe ou Castroviejo. Grimpeur hors pair le manque de chrono devrait permettre à Bernal de ne pas perdre de terrain sur Primoz Roglic et Dumoulin. Un peu en retrait sur le Dauphiné son abandon s’apparente plus à un coup de bluff qu’à une véritable blessure et s’il est en pleine possession de ses moyens le vainqueur sortant est un candidat plus que crédible à sa propre succession. La gestion de la 3ème semaine (là où il avait remporté le Tour l’an dernier) sera déterminante.

Thibaut Pinot :

Fracture du bassin, allergie au pollen ou mal de tête aigu ? Quelle sera la cause du nouvel abandon de Pinot ?

Cette fois c’est (enfin) la bonne ? Tout un pays l’espère en tout cas. Après des années de désillusions, de magnifiques moments, et de désillusions (beaucoup de désillusions) l’heure a-t-elle enfin sonné pour Thibaut Pinot ? Sans un abandon cruel il aurait pu remporter le Tour de France l’année dernière mais la Grande Boucle est sans pitié. En forme depuis la reprise de la saison (2ème du Dauphiné) le Franc-Comtois pourra compter sur une équipe certes moins forte que la Jumbo et les INEOS mais néanmoins solide avec notamment Reichenbach, Gaudu et Madouas à son service. Même s’il semble un cran en dessous de Bernal de Roglic il est sans doute le plus à même de les déstabiliser. Ce Tour très montagneux lui va à merveille et Pinot paraît plus proche que jamais de toucher le Graal ultime. Mais attention, avec lui on est jamais à l’abri d’un cruel coup du sort.

Primoz Roglic :

Après le maillot jaune du Dauphiné, le maillot jaune du Tour pour Roglic ?

Souverain sur le Tour de l’Ain (2 étapes et le général), impressionnant sur le Dauphiné (leader avant son abandon au matin de la dernière étape) le Slovène peut-il en faire de même sur le Tour de France ? Après son rendez-vous manqué de 2018 (4ème) il a annoncé qu’il ne visait que la victoire finale et rien d’autre. L’absence d’exercice chronométré (à l’exception de celui, très montagneux, de la Planches des Belles Filles) l’empêchera de creuser l’écart sur les purs grimpeurs mais ses qualités en montagne ne sont plus à démontrer. De plus il possède une équipe absolument extraordinaire et ce même après le renoncement de Kruiswijk, une armada peut-être même plus forte que la SKY des grandes années. Mais attention tout de même plusieurs points pourraient compromettre sa quête de maillot jaune. Premièrement il devra très vite asseoir son leadership sur Tom Dumoulin pour s’éviter une guerre fratricide qui pourrait être fatale. Deuxièmement sa chute sur le Dauphiné pourrait avoir laissé des traces. Troisièmement le Slovène et ses coéquipiers sont peut-être en forme trop tôt et il faudra voir comment ils arrivent à gérer la troisième semaine. Et enfin il ne faut oublier que Roglic devra battre une ribambelle d’opposants.

Les outsiders :

Emanuel Buchmann :

Attaque de Buchmann !? Non cela doit être un mirage.

Lui aussi impliqué dans la chute ayant éliminé Steven Kruiswijk de la startlist du Tour de France et ayant quelque peu abimée Roglic et Pinot, il sera bien présent à Nice avec la ferme intention de faire mieux qu’en 2019. C’est-à-dire un podium. Car oui pour ceux qui l’aurait oublié (on leur pardonnera tant il s’était contenté de suivre sans jamais attaquer) Emmanuel Buchmann a fini 4ème du Tour de France 2019. Si son début de saison 2020 n’a pas été tonitruant ce serait une erreur de l’oublier. Capable de tenir la dragée haute aux meilleurs en montagne il pourrait lui aussi profiter de son statut pour semer le trouble dans l’ordre établi à l’aide de ses coéquipiers (Schachmann, Grosscharter, Kämna). Le voir en jaune à Paris serait une surprise mais le voir sur le podium n’en serait pas vraiment une.

Tom Dumoulin :

Le Néerlandais n’a plus rien à prouver et prend le départ du Tour sans pression. Un cocktail parfait.

Dans n’importe quelle équipe le vainqueur du Giro 2017 serait un leader incontesté. Mais pas chez Ineos et Jumbo. Le Néerlandais doit composer avec l’encombrant Primoz Roglic. Tom Dumoulin répète à qui veut l’entendre que c’est une force et que le plus fort des deux aura l’équipe à sa disposition. Pour l’instant Roglic semble supérieur mais Dumoulin sort d’un Dauphiné encourageant et ,en excellent spécialiste du chrono, il ne fait pas de doute qu’il a géré sa préparation à la perfection pour être en forme pile au bon moment. Toujours très solide (sur le podium de 3 des 4 derniers Grands Tours auxquels il a participé) l’absence de véritable contre-la-montre va le handicaper mais il ne faut pas oublier que le Batave est un grimpeur plus que correct. En bref Tom Dumoulin est un lieutenant de luxe qui est prêt à prendre la relève à la moindre défaillance de Roglic. Et un Dumoulin en forme avec l’armada Jumbo à son service ça fait peur et ça peut viser la première place du Tour.

Mikel Landa :

Pas sûr que le prix de la combativité suffise au bonheur de Mikel Landa.

Après des années de frustrations à se mettre au service de ses leaders (successivement Nibali, Aru, Froome, Quintana et Valverde) le Basque va pouvoir enfin jouer sa carte personnelle sur le Tour de France. A 30 ans il est temps de prouver qu’il peut être un leader capable de jouer la gagne sur le Tour. Sans son rôle d’équipier pour Froome en 2017 il ne fait aucun doute qu’il serait monté sur le podium mais il n’a jamais réussi à se rapprocher de ce rang depuis (7ème en 2018, 6ème en 2019). Au sein d’une équipe sans doute un peu faible pour le soutenir il devra se débrouiller seul pour aller enfin chercher ce podium. La dernière étape du Dauphiné où il a finit très loin (mais sans donner l’impression de se battre) sème le trouble sur son état de forme. Sans jouer un rôle majeur au général il pourrait tout de même contribuer à dynamiter la course en partant de loin. Un top 5 paraît envisageable pour Mikel Landa. A lui de prouver qu’il peut faire mieux.

Miguel Angel Lopez :

Après avoir porté le maillot rouge sur le Tour d’Espagne le Colombien peut-il espérer porter le maillot jaune du Tour de France ?

Le Colombien a brillé sur le Giro (3ème en 2018 et deux fois meilleur jeune) et la Vuelta (3ème en 2017 et deux victoires d’étapes) mais jusqu’à présent il ne s’était jamais aventuré sur les routes du Tour de France. Une anomalie qui sera corrigée cette année. Il pourra compter sur une équipe Astana toujours très solide et ses qualités de grimpeur lui seront bien utiles pour aller chercher un podium ou un top 5. Viser la victoire finale semble un objectif un brin trop élevé au vu de ses difficultés à confirmer depuis son podium sur la Vuelta en 2018 et de son Dauphiné moyen (5ème sans rassurer). Cependant il pourrait bien profiter d’une attaque lointaine et d’un marquage entre les favoris pour bouleverser la hiérarchie.

Nairo Quintana :

Non vous ne rêvez pas ! Quintana est bien maillot jaune ! Malheureusement il ne s’agit que du Tour de Valence.

Totalement revigoré par son arrivée chez Arkéa-Samsic le Colombien avait connu un début de saison tonitruant (victoire au général sur le Tour de la Provence et sur le Tour des Alpes-Maritimes, étape reine de Paris-Nice) avant d’être stoppé net par un accident à l’entrainement. Celui-ci a fait craindre le pire avant que les examens se révèlent rassurants mais la douleur n’a pas totalement disparu comme en témoigne son abandon sur la dernière étape du Dauphiné. Nairo Quintana n’en reste pas moins un candidat crédible à la victoire finale du Tour de France 2020. Son expérience de la course (6 participations) et son palmarès (qu’on ne présente plus) parlent pour lui. De plus il pourra compter sur une équipe dédiée qui possède de bons grimpeurs capables de le soutenir efficacement (Barguil, Rosa, Anacona, D. Quintana). Enfin débarrassé de son légendaire attentisme le Colombien pourrait profiter de la faible menace qu’il représente pour partir de loin et tenter des coups. Et à son meilleur niveau il sera difficile à lâcher dans les cols. Lui aussi possède une histoire compliquée avec le Tour, et si c’était le moment de se réconcilier ?

Tadej Pogacar :

3 victoires d’étapes et le podium de le Vuelta en 2019. Pogacar peut-il faire aussi bien sur le Tour 2020 ? Compliqué mais pas impossible.

Symbole de la jeunesse triomphante du cyclisme mondial le Slovène a déjà fini sur le podium de la Vuelta en y remportant 3 étapes. Le tout à 20 ans. En y mettant la manière et devant des coureurs confirmés. Grimpeur racé n’hésitant pas à attaquer il pourrait bien animer la course. Leader d’une équipe UAE remplie de très bons grimpeurs (Aru, Formolo, De la Cruz) il sera bien épaulé en montagne et son début de saison (vainqueur du Tour de Valence, 2ème de l’UAE Tour, 4ème du Dauphiné) montre qu’il est en forme. Sans doute trop inexpérimenté pour jouer la gagne ou un podium, un top 5 paraît en revanche un objectif atteignable pour Tadej Pogacar.

Et vous qu’en pensez vous ? Se dirige-t-on vers un duel Roglic-Bernal ? Pinot peut-il remporter le Tour ? Un autre coureur peut-il faire mentir les pronostics ?

Un avis sur “Qui va remporter le Tour de France 2020 ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :